mercredi 24 mai 2017

Chronique : Port d'Âmes



Lionel Davoust
Auteur francophone, voir le site
Editions Critic
Fantasy
23€
531 pages


Je retrouve enfin la plume de Lionel Davoust, cette fois dans son univers Evanégyre qui est de la fantasy pure et dure, à l'inverse de sa trilogie Leviathan que j'avais tant aimée. 

Port d'Âmes est un roman riche, avec une histoire et une mythologie propre que l'on ne fait qu'effleurer car l'univers d'Evanégyre est extrêmement vaste et j'ai hâte de me plonger sur les autres romans qui s'y déroulent à différentes époques afin de mieux le cerner. 

Dans ce roman, nous suivons Rhuys, qui a été obligé de servir en mer pendant 8 ans pour payer les dettes de son père, un homme droit et honnête. Il termine ses années de servitude à Aniagrad, cité portuaire, indépendante où tout se monnaye. Et là, notre pauvre Rhuys va cumuler les désillusions. C'est un personnage bien équilibré, plutôt naïf mais avec du plomb dans la tête quand il faut. Il apprend vite, défend des valeurs nobles et assume ses erreurs. Tout comme lui, j'ai voulu croire à ses beaux principes, j'ai voulu espérer que tout irait pour le mieux et que non, tout le monde n'est pas pourri jusqu'à la moelle. Oui, moi aussi je suis un peu naïve ^^" 

L'autre personnage important du roman, c'est la Vendeuse. Je vous mentirais si je vous disais que j'ai pu m'identifier à elle ou même la comprendre car elle est très spéciale. On la rencontre alors qu'elle vend des bouts de son âme sur le marché. Il s'agit d'émotions brutes liées à des souvenirs de sa vie. J'ai beaucoup aimé cette idée et surtout le fait que l'acheteur peut faire perdurer ces morceaux d'âmes en lui. Ce n'est pas uniquement une question de prostitution de l'âme. La Vendeuse, donc, est un personnage à part, que j'ai beaucoup aimé malgré son étrangeté et son côté intouchable. Elle était d'une telle tristesse et pourtant d'une si grande noblesse et fierté. C'est un personnage inoubliable, d'une grande force qui m'a touchée. 

L'histoire m'a passionnée ! J'ai voulu savoir comment Rhuys allait faire pour se sortir de tous les pièges qui lui ont été tendus. Ses réactions ont toujours été surprenantes. Il est parfois impulsif mais conserve une grande intelligence et une bonne remise en question. À travers lui, l'auteur questionne ses lecteurs sur eux-mêmes, sur leurs principes et ce qui est réellement important. 

L'univers est donc vaste, riche, il attise notre curiosité. J'ai adoré certaines idées comme l'Administration (mais suivre un vieux perfide appelé Cassian après avoir vu Rogue One et être tombée amoureuse du héros, c'était rude XD), la dranaclase, la cité même d'Aniagrad qui se développe en écrasant tout ce qui se trouve dessous, ce qui me fait penser à des couches géologiques...

L'impression générale du roman est assez poétique, contemplative disait l'auteur. J'ai aussi trouvé cela mélancolique et triste. L'objet livre en lui-même est très beau et je n'ai pas vu passer les 500 pages ! Il s'agit, tout comme les autres romans de Lionel Davoust, d'un roman exigeant, qui demandera toute votre attention. Il se savoure, il faut qu'on s'en imprègne, à l'image des transferts d'âme de la Vendeuse. 

Pour conclure, ce fut une belle lecture, certes triste, mais immersive et introspective. 

 
*Cette lecture entre dans le cadre de mon mini-challenge du mois de mai : Lectures en préparation des Imaginales

Ma note : :star::star::star::star::star:






*Cette lecture participe au challenge PIF avec l'option des petites maisons d'édition

dimanche 14 mai 2017

J'ai testé le MOOC littérature jeunesse

Aujourd'hui je vous parle de ma récente expérience avec le MOOC.

J'avais déjà vu passer sur la toile cet acronyme sans savoir de quoi il s'agissait. Grâce à Allisonline j'ai pu atterrir sur un lien qui proposait un MOOC sur la littérature Jeunesse. Donc le MOOC, c'est un Massive Open Online Course, c'est-à-dire une formation en ligne ouverte à tous, gratuite, dispensée pour qui veut s'inscrire avec la possibilité de se professionnaliser et d'obtenir des certificats.

Pour ma part, je me suis inscrite pour le plaisir d'apprendre et de mieux connaître cet univers de littérature jeunesse vers lequel je suis en train de faire une incursion pour l'un de mes romans.

Ce cours était proposé par des spécialistes de l'Université de Liège. J'ai donc suivi les cours proposés sous forme de courtes vidéos (entre 4-20min environs), où des professionnels du domaine exposent leurs idées. Il y a plusieurs modules et des QCM à la fin de plusieurs cours pour tester vos connaissances. Il y a aussi des documents à télécharger parfois. En gros, cela devait me prendre 1h par semaine.



Aperçu du tableau de bord de mon cours
J'ai beaucoup apprécié ce format. Il y a un module par semaine qui est publié et nous sommes libres de les suivre tous ou, comme moi, de laisser de côté ceux qui nous intéressent moins. L'équipe en charge de ce cours sur la littérature jeunesse était très pédagogue et tous les orateurs étaient clairs, très constructifs et emplis de bienveillance pour leurs "étudiants". J'ai aussi aimé le fait qu'on alternait avec des interviews de professionnels du monde du livre avec leurs différentes visions (éditeur, libraire, auteur...). C'était très instructif. D'autant plus que Christelle Dabos, l'auteure de La Passe-Miroir, a été longuement interviewée et j'avais justement lu (et adoré) son premier tome en début de mois.

La mission de ce MOOC est un succès puisque j'ai appris beaucoup de choses. Des éléments qui vont me servir directement pour l'écriture de mes romans et d'autres qui viennent s'ajouter à ma culture générale.  Pour ce cours, j'avais un journal de bord à compléter avec mes impressions, mes questions, les points importants etc. J'en ai profité pour noter tout ce qui pourra me servir dans le futur... comme dans un cours normal à la fac.

Mon journal de bord ^^
Le seul aspect négatif concerne le temps libre que l'on peut avoir car ces mois de mars-avril étaient très chargés pour moi et du coup je n'ai pas été très assidue. Et je crois bien que c'est le seul point négatif !

Au niveau de la plate-forme Fun-MOOC, je l'ai trouvé très intuitive et pratique. Les vidéos ne ramaient pas, la qualité est au rendez-vous, les documents se téléchargent bien, la plate-forme se souvient du chapitre où vous vous êtes arrêté si jamais vous l'aviez oublié etc. Je n'ai pas testé les forums mais je sais qu'ils sont très utilisés par les autres "étudiants" si jamais ils ont des questions.

Pour en savoir plus, n'hésitez pas à vous rendre sur la plate-forme Fun-MOOC 

Il existe des tas de formation, pas uniquement sur la littérature. Par exemple j'ai suivi en parallèle un cours sur les outils statistiques pour mon travail. Un cours sur le changement climatique va bientôt débuter et j'y serai également. Pour les amateurs de littérature, le cours sur la Fantasy a débuté cette semaine, vous pouvez encore vous inscrire. 

Et vous, connaissez-vous le MOOC ?

mardi 9 mai 2017

Bilan du mois d'avril


Bilan lecture d'Avril 2017


Fantasy


Ma note : :star::star::star::star::star:

Résumé : 
Autrefois l'Empire était partagé entre les Érudits, cultivés, gardiens du savoir, et les Martiaux, armée redoutable, brutale, dévouée à l'empereur. Mais les soldats ont pris le dessus, et désormais quiconque est surpris en train de lire ou d'écrire s'expose aux pires châtiments. Dans ce monde sans merci, Laia, une esclave, et Elias, un soldat d'élite, vont tout tenter pour retrouver la liberté... et sauver ceux qu'ils aiment.












Ma note : :star::star::star::star::star:

Résumé : 
Sous son écharpe élimée et ses lunettes de myope, Ophélie cache des dons singuliers : elle peut lire le passé des objets et traverser les miroirs. Elle vit paisiblement sur l'Arche d'Anima quand on la fiance à Thorn, du puissant clan des Dragons. La jeune fille doit quitter sa famille et le suivre à la Citacielle, capitale flottante du Pôle. A quelle fin a-t-elle été choisie ? Pourquoi doit-elle dissimuler sa véritable identité ? Sans le savoir, Ophélie devient le jouet d'un complot mortel.



Ma note : :star::star::star::star::star-half:
Ma chronique

Résumé
Irmine et Helbrand, deux frères assassins descendant d'un ancien peuple guerrier, vivent clans les ombres de la plus grande cité du royaume de Palerkan. Alors qu'ils se croient à l'abri des persécutions dont ont souffert leurs ancêtres, leur passé sanglant les rattrape, sous les traits d'un borgne qui semble nourrir pour eux de sombres projets. Et tandis que la guerre menace d'embraser le monde, que les puissants tissent de noires alliances, ils vont devoir choisir un camp. Leur martyre ne fait que commencer...







Fantastique


Ma note : :star::star::star::star::star-empty:

Résumé 
« Mesdames et Messieurs ! Jouvenceaux et jouvencelles ! Petits et grands ! Approchez, approchez ! Venez assister à un spectacle unique en son genre. Notre cirque vous ouvre ses portes et dévoile ses mystères. » À chaque prestation, les monstres de foire enchantent les spectateurs : l'enfant funambule, le dompteur de fauves et la charmeuse de serpents, clowns et jongleurs, sans oublier l'effroyable homme sans visage... Mais que se passe-t-il au cirque Andreani une fois le rideau retombé ? Quels sombres tourments agitent les âmes et enflamment les c urs ? À moins qu'il n'y ait à l' uvre une magie pernicieuse... Cela, Catalina, la nouvelle diseuse de bonne aventure, va tenter de le découvrir, mais même les Tarots ne sauraient la prémunir contre l'indéfectible fatalité...


Horreur

 
Ma note : :star::star::star::star::star-empty:

Résumé 
Alex thought that escape was impossible. He was wrong. We broke out of Furnace but we're still not free. The city is in lockdown - roads sealed, police everywhere. And there are worse things here: creatures of death sent to bring the world to its knees. I'm turning into one of them, into a monster. To put an end to this blood-crazed madness I have to travel into the heart of darkness. I have to find Alfred Furnace before he finds me. Soon the whole world will be a prison. Action-packed, gritty and gruesome - this is the perfect read for thrill-hungry teens. With striking new covers that really bring these chilling stories to life.






Mes achats ou réceptions du mois













jeudi 4 mai 2017

Chronique : Tragic Circus



Cécile Guillot et Mathieu Guibé
Auteurs français, voir le site de Cécile et Mathieu
Editions du Chat Noir
Fantastique
14,90€
213 pages


J’ai précommandé ce roman sans l’ombre d’un doute. Déjà, la couverture par Mina M. est sublime, ensuite le thème des cirques est si propice au fantastique et au glauque et, enfin, je connais les plumes des deux auteurs et je sais qu’ensemble ils font des merveilles.

Le livre est sorti en avril et je l’ai lu donc très rapidement. En moins d’une journée pour être exacte XD Cela fait parfois du bien de pouvoir dévorer un livre en quelques heures, même si c’est terriblement frustrant pour les auteurs qui ont passé des mois à travailler dessus.

Tout d’abord, l’objet livre est très beau, accompagné d’une magnifique couverture et d’un revêtement agréable au touché. Chaque chapitre a un en-tête illustré et les bas de pages sont parsemés d’étoiles. Le tout fait donc très soigné ^^

Nous suivons les aventures de Cătălina, diseuse de bonne aventure, qui se retrouve seule à la mort de sa grand-mère et va vouloir travailler dans le cirque Andréani afin de gagner un peu sa pitance en compagnie d’autres personnes. La surprise c’est que nous suivons aussi Pierre et Hortense, un couple d’artistes sans un sou qui ont tout quitté pour vivre de leur passion.

Alors que Cătălina souhaite trouver sa place et aider son prochain sans trop savoir dans quoi elle met les pieds, Pierre et Hortense ne rêvent que de vivre de leur art. Dans une grosse première moitié, nous apprenons à connaitre ces personnages. Nous découvrons comment Pierre et Hortense se sont connus et ont, enfin, atteint leurs objectifs. De l’autre côté, nous faisons la connaissance du cirque et de ses occupants qui sont plus complexes qu’il n’y paraît. Tous ont un don dont ils souffrent. Le cirque, vendu comme une grande famille, fourmille de non-dits, de secrets tragiques et de destins brisés. Le tout chapeauté par Andréani, un directeur sordide, pervers et malveillant. Honnêtement, en tant que femme, j’ai été très gênée à chacun de ses petits gestes déplacés, ce qui prouve à quel point je m’étais bien identifiée à Cătălina.

Pendant donc toute une partie du récit, nous restons dans l’étrange mais sans vraiment de surnaturel et nous survolons l’horreur. Petit à petit, les choses se dégradent du côté de Pierre et Hortense et cette partie a été très subtile et terriblement humaine. Tous les sentiments de Pierre, je les ai ressentis. Impossible de ne pas le comprendre, impossible de ne pas jalouser Hortense alors qu’elle est pourtant l’incarnation de la gentillesse. Le lecteur tombe dans la même spirale que Pierre.

Je vais m’arrêter là car après je vais trop spoiler. En tout cas, si une bonne partie du roman est parsemée de touches malsaines, glauques et dérangeantes, la fin est bien plus sanglante. Le tragique prend alors toute sa signification. L’horreur ne provient pas seulement des monstres de foire mais bel et bien de l’esprit humain. Personne n’est épargné et le tableau d’ensemble dépeint toute une palette de défauts Toutefois, il reste une touche d’espoir, représentée par Cătălina.En dépit des thèmes traités, ce n'est pas une lecture plombante ou déprimante.

En conclusion, c’est un roman qui, malgré son format court, arrive à traiter de beaucoup de thèmes. Le lecteur ne ressort pas indifférent face à la détresse des personnages ainsi qu’aux horreurs qui sont décrites, aussi bien physiques que psychologiques. Les plumes et univers combinés des auteurs nous offrent un récit où la beauté côtoie l’innommable, où l’espoir est mis à rude épreuve par la jalousie, l’ambition et les regrets. Le lecteur s’interroge aussi sur ses propres motivations, ses propres rêves et le prix à payer pour parfois y parvenir.



Ma note : :star::star::star::star::star-empty: