mercredi 1 février 2017

Bilan lectures de janvier 2017



Bilan lecture de janvier 2017

Science-Fiction

Deathworld (H. Harrison)
Enfin un peu de science-fiction ! Il était temps que je m'y replonge. Ce roman s'est étalé sur décembre et janvier car au final il était assez conséquent et que je n'ai pas trop pu lire pendant la période de fêtes de fin d'année. Cette intégrale regroupe 3 romans et une nouvelle. Au final, le premier roman se suffisait à lui-même.

Nous suivons Jason qui possède un pouvoir psy dont il se sert pour tricher aux cartes. Il va se faire embaucher et va suivre son employeur, malgré les avertissements, sur sa planète Pyrrus où les habitants livrent une guerre féroce contre la faune et la flore.

J'ai bien aimé Jason, qui est un personnage sympathique, attachant et pas pas prise de tête. Le début commence très fort et on a pas de temps morts ou de longueurs. 
Ce que j'ai aimé dans ce premier tome, c'est l'originalité du monde, l'aspect aventure mais aussi les idées philosophiques qui y sont développées. Le fond est intéressant et la forme passionnante. Le rapport de force est un peu caricatural en revanche car Jason apparaît comme le héros cultivé qui sait se remettre en question et va aider les habitants à comprendre car ces derniers sont trop bornés pour le faire. Encore, dans ce premier livre ça passait car l'obstination des pyrrusiens est assez drôle et bien menée. Ils ne vont pas changer d'un claquement de doigts et même Jason commet des erreurs.

Non vraiment ce premier livre était presque un sans faute, j'y ai pris beaucoup de plaisir. Par contre, les deux suivants n'ont servi à rien du tout. Dans le second livre, Jason est enlevé par un fanatique complètement obtus et il se retrouve sur une planète à la Mad Max. Dans le troisième, Jason veut aller convertir une population de guerriers à la civilisation histoire de pouvoir exploiter leurs terres. Dans ces deux cas, le schéma est répétitif et Jason, qui était si sympathique, est certes toujours courageux mais devient une espèce de colon qui veut à tout prix transformer des populations qui ont un niveau de développement inférieur et les mener à la Civilisation avec un grand C.

Du coup, c'était globalement la même chose et je n'ai pas trouvé grand intérêt à ma lecture. Certes Jason est malin et on se demande toujours comment il va se tirer de ses mauvais pas, mais je n'ai pas apprécié sa mentalité de vouloir absolument changer les locaux. Il me faisait trop penser aux missionnaires européens envoyés dans le tiers-monde pour que les populations locales adhèrent à ces croyances que eux pensaient être les bonnes ou les meilleures. Encore, l'auteur s'était engagé sur une pente intéressante dans le troisième roman puisqu'on voyait clairement que Jason voulait faire évoluer les guerriers pour exploiter leurs terres pour ses profits, seulement ce n'était pas fait de manière franche. Au final, on a tellement de sympathie pour Jason qui en bave qu'on oublie ses motivations premières.

Bref, j'ai passé un super moment avec le premier livre mais les suivants m'ont dérangée même s'ils étaient très captivants dans la forme et que le héros a su porter l'intrigue jusqu'au bout avec brio. Je suis donc partagée.




Fantasy

Le Jarwal (P. Le Sausse), auteure française 

Le 4ème de couverture m'avait fortement intriguée et j'étais curieuse de suivre les aventures de Basile, apprenti bourreau qui possède la capacité de ressentir les émotions des autres et de s'en servir. 

L'idée de base est originale et pleine de promesse, l'écriture fluide, agréable, les émotions sont bien retranscrites et le lecteur est plongé dedans. Je suis partie avec la conviction que nous aurions un bon dans le temps mais en fait non, tout se déroule très vite et nous suivons Basile à l'âge de 17 ans tout du long. D'ailleurs, j'ai eu du mal à me dire qu'il était aussi âgé, en fin de compte il paraissait plus jeune. 

L'histoire au départ est intéressante, puis quand s'éternise le voyage de Basile, je me suis essoufflée, je me suis demandée où l'auteure voulait en venir et au final, cette double idée de base fils de bourreau + ressentir les émotions n'est pas utilisée de la manière dont je l'imaginais. En réalité, le fait d'être fils de bourreau ne sert qu'à illustrer l'isolement de Basile. 

Pour moi, l'auteure a voulu développer plusieurs pistes à la fois et du coup je ressens un goût d'inexploité. On sort des révélations du chapeau mais sans avoir l'impression que c'était prévu dès le départ. Basile est sympathique et pour une fois ce n'est pas le héros habituel. Son double émotionnel est une bonne idée, Amauri est insupportable mais on n'arrive pas à lui en vouloir. Les idées pour les "méchants" sont intéressantes mais ça arrivait à la fin et manquait un peu d'envergure.

Je suis donc mitigée car ce 'est pas du tout ce à quoi je m'attendais. Ce n'était pas inintéressant mais pas transcendant non plus. En outre, l'auteure use des notes de bas de page, or dans un roman c'est, à mes yeux, à utiliser avec parcimonie. Ici, l'auteure a voulu utiliser un phrasé médiéval, sauf que nous rappeler à chaque fois que X toises fait X mètres n'est pas utile. Soit tu assumes le langage médiéval et tu laisses le lecteur chercher combien ça fait (ou alors pourquoi pas un glossaire pour les rappeler à la fin), soit tu utilises d'emblée le système métrique actuel. Les notes coupent la lecture et devoir m'arrêter pour lire qu'une roselière est une zone où poussent les roseaux est inutile.





Le Puits des mémoires T3 : Les Terres de cristal (G. Katz), auteur français, voir la page facebook

Nous retrouvons nos trois héros pour cette conclusion de leurs aventures. Gabriel nous avait laissé sur une révélation de grande ampleur sur Nils mais également sur l'avenir incertain de notre ami Olen. Bizarrement, la révélation sur l'identité de Nils n'a pas fait de vague alors que moi j'étais scotchée. Donc en gros ce n'était pas si important que ça. Il faut attendre la fin pour en savoir davantage.

Je ne vais pas vous mentir, autant les Tomes 1 et 2 ont été un coup de cœur, autant je termine cette trilogie en étant très mitigée. Ça m'embête car j'ai passé d'excellents moments et l'auteur est très sympa mais voilà je trouve que ce tome n'est pas à la hauteur. Alors oui, l'auteur prend des clichés à contre-courant mais globalement ça manquait de fond. On passe beaucoup de temps sur une guerre qui n'a pas vraiment lieu, de nombreuses portes restent ouvertes, il y a des facilités et puis surtout un immense complot est monté pour pas grand-chose au final. Tout se termine en eau de boudin et ça m'a embêtée. Il y avait le potentiel pour en faire bien plus car faire tout ce foin juste pour que nos héros changent de vie, c'est un peu tiré par les cheveux.

Néanmoins j'ai passé un très bon moment sur la trilogie, j'ai ri, voyagé, eu peur pour les personnages, ressenti beaucoup d'affection pour eux. Sachant que tous les romans fantasy de l'auteur se déroulent dans le même univers et qu'on en retrouve certains dans son dernier roman, j'ai hâte de me mettre à jour pour savoir qui nous allons retrouver.

*Cette lecture s'inscrit dans le mini-challenge du mois : terminer 2 séries*


  
Fantastique

Le noir est ma couleur T5 : Le piège (O. Gay), auteur français voir la page facebook
*Coup de cœur pour la série*

A peine reçu pour Noël, à peine dévoré ! J'avais hâte de retrouver Alex et Manon, qui m'avaient manqué, il faut bien l'avouer ^^

Ce dernier tome est plus sérieux, on obtient nos réponses, les véritables enjeux se dévoilent et la réalité de l'avenir pour nos deux héros se profile. L'humour est toujours présent mais on sent que même Alex a mûri et que la rigolade est terminée. On en oublie qu'ils n'ont que 15 ans au final !
Outre nos deux tourtereaux, j'ai adoré Théo... l'effet mec-en-bandelette je ne résiste pas (la faute à Wonsul du Nouvel Angyo Onshi *____* ). J'aimerais beaucoup le revoir car il a un sacré potentiel ! D'après ses dires, l'auteur aussi a beaucoup aimé ce personnage et voudrait le développer, affaire à suivre donc !

Nous avons encore des rebondissements et des révélations surprenantes dans ce tome. L'action est présente, mais les relations entre tous les personnages ne sont pas oubliées. Les questions restées en suspens trouvent leurs réponses et on comprend enfin tout ce qui se cache derrière les mages noirs. On sent aussi que c'est un prélude et que Manon marque le début d'une nouvelle histoire... alors j'espère bien que l'auteur aura l'occasion de revenir dans cet univers ^^

La fin est abrupte mais assumée par l'auteur qui s'en explique, j'ai trouvé ça chouette d'ailleurs. On a droit à une conclusion qui boucle tout et qui revient sur chaque personnage, même brièvement, ce qui donne bien l'impression que l'auteur a tout maîtrisé de A à Z.

En conclusion cette série est un vrai coup de cœur. Elle est addictive, pleine d'humour, d'action, captivante, on a de la magie comme je l'aime et surtout elle est portée par des personnages géniaux. Ce fut un vrai régal de la lire ^^ Olivier Gay est donc aussi doué en fantasy qu'en jeunesse et j'espère bien me mettre à ses polars pour vérifier ce que ça donne dans ce genre :)
 

*Cette lecture s'inscrit dans le mini-challenge du mois : terminer 2 séries*

 

lundi 30 janvier 2017

Chronique : Le noir est ma couleur T5 Le piège



 
 


Olivier Gay
Auteur francophone (voir la page facebook)
Rageot
Fantastique, jeunesse
11,90€
277 pages



 
 
A peine reçu pour Noël, à peine dévoré ! J'avais hâte de retrouver Alex et Manon, qui m'avaient manqué, il faut bien l'avouer ^^

Ce dernier tome est plus sérieux, on obtient nos réponses, les véritables enjeux se dévoilent et la réalité de l'avenir pour nos deux héros se profile. L'humour est toujours présent mais on sent que même Alex a mûri et que la rigolade est terminée. On en oublie qu'ils n'ont que 15 ans au final !

Outre nos deux tourtereaux, j'ai adoré Théo... l'effet mec-en-bandelette je ne résiste pas (la faute à Wonsul du Nouvel Angyo Onshi *____* ). J'aimerais beaucoup le revoir car il a un sacré potentiel ! D'après ses dires, l'auteur aussi a beaucoup aimé ce personnage et voudrait le développer, affaire à suivre donc !

Nous avons encore des rebondissements et des révélations surprenantes dans ce tome. L'action est présente, mais les relations entre tous les personnages ne sont pas oubliées. Les questions restées en suspens trouvent leurs réponses et on comprend enfin tout ce qui se cache derrière les mages noirs. On sent aussi que c'est un prélude et que Manon marque le début d'une nouvelle histoire... alors j'espère bien que l'auteur aura l'occasion de revenir dans cet univers ^^

La fin est abrupte mais assumée par l'auteur qui s'en explique, j'ai trouvé ça chouette d'ailleurs. On a droit à une conclusion qui boucle tout et qui revient sur chaque personnage, même brièvement, ce qui donne bien l'impression que l'auteur a tout maîtrisé de A à Z.

En conclusion cette série est un vrai coup de cœur. Elle est addictive, pleine d'humour, d'action, captivante, on a de la magie comme je l'aime et surtout elle est portée par des personnages géniaux. Ce fut un vrai régal de la lire ^^ Olivier Gay est donc aussi doué en fantasy qu'en jeunesse et j'espère bien me mettre à ses polars pour vérifier ce que ça donne dans ce genre :)
 

*Cette lecture s'inscrit dans le mini-challenge du mois : terminer 2 séries*

Ma note :

 

dimanche 22 janvier 2017

Chronique : Le puits des mémoires T3 Les terres de cristal







 

Gabriel Katz
Auteur francophone (voir la page facebook)

Pocket
Fantasy
8,20€
478 pages
 
Nous retrouvons nos trois héros pour cette conclusion de leurs aventures. Gabriel nous avait laissé sur une révélation de grande ampleur sur Nils mais également sur l'avenir incertain de notre ami Olen. Bizarrement, la révélation sur l'identité de Nils n'a pas fait de vague alors que moi j'étais scotchée. Donc en gros ce n'était pas si important que ça. Il faut attendre la fin pour en savoir davantage.

Je ne vais pas vous mentir, autant les Tomes 1 et 2 ont été un coup de cœur, autant je termine cette trilogie en étant très mitigée. Ça m'embête car j'ai passé d'excellents moments et l'auteur est très sympa mais voilà je trouve que ce tome n'est pas à la hauteur. Alors oui, l'auteur prend des clichés à contre-courant mais globalement ça manquait de fond. On passe beaucoup de temps sur une guerre qui n'a pas vraiment lieu, de nombreuses portes restent ouvertes, il y a des facilités et puis surtout un immense complot est monté pour pas grand-chose au final. Tout se termine en eau de boudin et ça m'a embêtée. Il y avait le potentiel pour en faire bien plus car faire tout ce foin juste pour que nos héros changent de vie, c'est un peu tiré par les cheveux.

Néanmoins j'ai passé un très bon moment sur la trilogie, j'ai ri, voyagé, eu peur pour les personnages, ressenti beaucoup d'affection pour eux. Sachant que tous les romans fantasy de l'auteur se déroulent dans le même univers et qu'on en retrouve certains dans son dernier roman, j'ai hâte de me mettre à jour pour savoir qui nous allons retrouver.

*Cette lecture s'inscrit dans le mini-challenge du mois : terminer 2 séries*

Ma note